Comité National d’Engagement de l ANRU.

9 mars 2022

Débat sur les démolitions-reconstructions.

Le CNE de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine s’est réuni le 9 Mars pour valider les financements du Plan Grand Centre Ville de Marseille (POA), ainsi que l’engagement de la rénovation de la cité Campagne Leveque, et les plans sur les cités Air Bel et Saint Barthélémy Malpasse.

Les principaux élus de la Ville et la Métropole y participent à Paris, et les autres en local en visio conférence.

A cette séance étaient invités et présents les Conseils Citoyens des 1er et 3ème arrondissements, ainsi que des responsables associatifs de Félix Pyat – Parc Bellevue et CampagneLeveque.

Le matin de cette réunion le journal MARSACTU annonce un accord entre autorités pour la démolition de la tour B de Parc Bellevue.

Apres la présentation du maire Benoît Payan, la parole est passée aux Conseils citoyens.

Patrick LACOSTE, membre du Conseil Citoyen du 1er au titre de Un Centre-Ville Pour Tous fait l’intervention ci-dessous :

Verbatim.

« Merci pour notre invitation à cette réunion et ce processus . Les habitants ont été tenus complètement a l’écart de tous les processus de réhabilitation depuis 25 ans à Marseille. Les choses changent : nous remercions les autorités et la présentation qui a été faite de la mise en place du « collège des Maîtrises d’usages » (CMU) qui va faire une petite place, que nous espérons sérieuse et à l’écoute, à ce que veulent les associations, les Conseils Citoyens et les diverses formes de participation des habitants.

Ceci étant dit, je dois faire deux remarques, deux alertes :

La première : il a été dit tout à l’heure que ces projets présentés à l ANRU avaient été préparés avec des associations et les Conseils Citoyens . En réalité j’entends que tout le monde sache à cette table et à Paris en particulier que les Conseils n’ont jamais eu les fiches présentées aujourd’hui.

Ils ont eu une vague présentation de slides qui ont défilé à toute allure il y a quinze jours.

Ca, ça s’appelle une farce démocratique. Donc nous espérons bien que dorénavant si nous sommes invités dans ce type de réunion nous aurons les mêmes documents que ceux qui sont présentés aux partenaires institutionnels et à l’ANRU, car nous n’avons ni les maquettes physiques et financières, ni les processus.

La deuxième remarque concerne les projets de démolitions que nous voyons réapparaître dangereusement depuis quelque temps.

Il y a eu une alerte il y a un mois quand les collectifs marseillais ont appris que dans le projet ANRU de réhabilitation de la Cité Air Bel (12°) était prévus 380 démolitions- reconstructions.

Air Bel n’est pas une cité hyper concentrée, n’est pas une cité hyper dégradée ; aucun habitant ni association de la cité n’a reçu une information collective détaillée et argumentee sur pourquoi il faudra démolir 380 logements.

Alors que le Maire a rappelé tout à l’heure l’urgence.

Nous avons les 40 000 logements indignes du rapport Nicol – je rappelle que c’est les associations qui ont fait connaître le rapport Nicol avant les institutions.

Nous avons chaque année 40 000 demandeurs de logements sociaux non satisfaites.

Nous avons une demande de logement social satisfaite pour sept demandeurs.

Donc dans ces conditions, ce contexte, est ce qu’on peut se permettre -je ne me prononce pas sur le fond ici – d’avoir dans ce second projet ANRU une prévision de 4 500 démolitions- reconstructions (7 à 8 000 habitants), à ajouter aux demandeurs de logements sociaux ? Et ce alors qu’on a programmé en 2021 à Marseille 680 logements sociaux dans la 2ème ville de France ?

Donc cette question se pose sur Air Bel, et pas que.

Ca s’est posé il y a quelque temps sur la tour Bel Horizon (3°), dont nous avons entendu des projets de démolition, alors que nous avons des habitants qui veulent sauver cette cité qui sont prêts à se battre pour ça depuis des années. La, nous avons entendu les propos rassurants de l’ Adjoint au logement de la Ville de Marseille : cette cité doit être réhabilitée et non démolie.

Et pour finir nous apprenons ce matin dans la presse (Marsactu) que de nouveau la Tour B de Félix Pyat (Parc Bellevue, 3ème) serait potentiellement détruite.

Alors la ce n’est pas simplement la question de l’information, de la transparence  : ces 500 à 600 habitants, ils vont aller où ?

Ils vont aller ou ? toujours plus vers le Nord ? Pour ce qui concerne Parc Bellevue ce serait la première fois à ma connaissance que l’ ANRU participe à la destruction d’une cité (privée) qui a été achetée en majorité par un bailleur social (Marseille Habitat) !

Donc nous demandons la remise à plat de cette question des démolitions dans le nouveau programme NPNRU.

Je vous remercie. »

Cette intervention est suivie de celle de Mr Aouni, habitant jusque il y a peu de Parc Bellevue, professeur au Collège Belle de Mai :

«  C’est le stress total pour les habitants. Ou est-ce qu’on va emmener les habitants ? J’espère que la décision n’est pas définitive »

En réponse, interviennent longuement Samia Ghali (adjoint à la rénovation urbaine) puis Patrick Amico (adjoint au logement), et Audrey Gatian ( Adjointe mobilités, Politique de la ville, et Présidente de Marseille Habitat).

Celle-ci argumente que le quartier va être fortement bonifié et rendu plus agréable avec l’aménagement du parc urbain des aygalades. Et dans ce futur paysage champêtre, « la tour B de Félix Pyat, c’est un point noir ».

Le Préfet de Région s’exprime ensuite. Plusieurs membres des Conseils Citoyens du 1er et 3ème arrondissements demandent en vain à s’exprimer.

Point suivant. On ne s’exprime pas après le Préfet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s